John Grant mélange ballades crève cœur et boîtes à rythmes.

John Grant mélange ballades crève-cœur et boîtes à rythmes.

John Grant, artiste américain exilé en Islande, continue d’explorer la veine autofictionnelle avec son nouvel album « The Art of the Lie ». Dans cet opus, il mélange habilement des sonorités funky et synthétiques pour créer un dancefloor alternatif captivant.

L’album s’ouvre sur « All That School for Nothin », où Grant exprime son ironie du désespoir tout en explorant des thèmes personnels. Il plonge ensuite dans un univers de dancefloor alternatif et performatif avec des morceaux comme « Meek AF » et « It’s a Bitch », influencés par le metal et rappelant Talk Talk et Grace Jones. La collaboration avec le producteur Ivor Guest apporte une touche supplémentaire à l’album.

Toujours fidèle à ses racines autobiographiques, Grant aborde des sujets intimes comme les relations familiales et son propre parcours d’émigration vers l’Islande. Les ballades mélancoliques côtoient les rythmes entraînants des synthétiseurs, créant un contraste saisissant.

Les distorsions vocales et les arrangements futuristes viennent enrichir la voix émouvante de Grant, donnant à l’album une profondeur supplémentaire. « The Art of the Lie » est un voyage musical captivant qui ne manquera pas de toucher les fans de l’artiste.

 » The Art of the Lie » est disponible depuis le 14 juin sur le label Bella Union/PIAS, offrant une expérience musicale riche en émotions et en sonorités innovantes.

Leave a Reply